1 800 463-3410

La reproduction en tout ou en partie des textes et photos de la revue Agri-Nouvelles sur quelque support que ce soit est formellement interdite sans le consentement préalable et écrit de Agri-Marché inc. Ces textes et photos sont soumis au droit d’auteur.

La ventilation en période estivale

Volaille •

Comment arriver à s’en sortir en période de chaleur extrême ? Tentons de comprendre de quelle manière certains aspects peuvent aider à prévenir la mortalité et surtout à obtenir de bonnes performances.

Globalement, cinq aspects essentiels doivent être pris en compte. Survolonsles un à un.
 

1. LE NOMBRE DE PCM PAR POULET

D’abord, il faut tenir compte de nos besoins en matière de PCM, c’est-à-dire de pieds cubes par minute (pi3/min). Il s’agit du débit d’air évacué; plus le nombre de PCM est élevé, plus le débit d’air évacué est élevé. La norme qui doit être utilisée pour la ventilation dans les nouveaux poulaillers est de 5,5 PCM/kg.

Par exemple, un producteur ayant un bâtiment de 242 m2 (40 pi x 65 pi) à 30 kg par m2 a une production de 7 260 kg pour un poids de sortie des oiseaux de 2,3 kg, et donc une production de 3 156 oiseaux. La ventilation qui est requise est la suivante : 7 260 kg x 5,5 PCM, ce qui donne un besoin de 39 930 PCM.

Ce producteur détient 8 ventilateurs de 20 po avec une capacité de 4 000 PCM chacun, pour un total de 32 000 PCM. Il aurait donc besoin de deux ventilateurs de 20 po supplémentaires pour atteindre un total de 40 000 PCM de façon à couvrir son besoin de 39 930 PCM.

Dispose-t-il par ailleurs d’une entrée d’air suffisante ? Une entrée de 10 po d’ouverture de mur et de 65 pi (780 po) donne 54,2 pi2 d’entrée d’air (10 x 780 / 144) avec une pression statique de 0,08. Le calcul est simple : 54,2 x 800 = 43 333 PCM. On constate qu’il y a assez d’entrée d’air pour les besoins.
 

2. L’EFFET ÉOLIEN

De quoi parle-t-on ? Faisons un parallèle avec nous, les humains : plus il y a du vent, plus on sent l’effet de refroidissement. De la même manière, il faut donc utiliser les équipements pour bien diriger le vent sur les oiseaux.

Par exemple, ce n’est pas parce qu’on détient une entrée d’air de type bec de canard que le facteur éolien se fera sentir; si on n’a pas assez de ventilateurs, l’air va simplement tomber par terre et mourir là… Il faut pouvoir compter sur la vitesse de l’air.

Même chose pour la ventilation tunnel; il faut que les ventilateurs créent la vitesse souhaitée pour effectuer les changements d’air, soit plus ou moins 4 changements d’air par minute. Il faudra peut-être des ventilateurs additionnels, ou des ventilateurs de recirculation qui sont efficaces pour procurer un courant d’air constant aux oiseaux en dirigeant l’air directement sur eux.
 

3. LA BRUMISATION

Les brumisateurs abaissent la température de 2 à 4 degrés. Ajoutée à la vitesse du vent (facteur éolien), la brumisation peut être utilisée en haute température pour accentuer le refroidissement. Elle peut cependant avoir des effets négatifs lorsqu’elle est mal utilisée.

Abaisser la température à l’aide de la brumisation est fondé sur le principe qu’en humidifiant de l’air sec et chaud, on provoque une évaporation. La vaporisation absorbe une partie de la chaleur et entraîne par conséquent une baisse de la température.
 

4. LES PRODUITS NATURELS

Les produits naturels avec expectorant ou vitamine C favorisent un meilleur apport en oxygène par temps chaud. Ils permettent au volume d’air d’augmenter dans les voies respiratoires. On doit cependant porter attention à leur utilisation; il faut le faire 2 à 3 jours avant les grosses chaleurs pour bénéficier de toute leur efficacité.
 

5. LE FACTEUR HUMIDEX

Le facteur humidex, aussi appelé indice humidex, permet de quantifier la chaleur ressentie par le corps en présence d'humidité. Lorsque cette dernière est élevée, Il faut assurer un bon déplacement de l’air en utilisant les brumisateurs. Avec un nombre de PCM suffisant, les brumisateurs sont moins sollicités.

Considérant tous les aspects qui doivent être surveillés, il peut évidemment être très pratique d’avoir comme outil de travail un système de contrôle de la température qui fait l’ajustement de la ventilation minimale requise en fonction du poids et des conditions extérieures ou en fonction du niveau de PCM minimum souhaité.

Une charte de ventilation est disponible pour ceux qui n’ont pas de système de contrôle qui ajuste automatiquement le débit d’air. Vous pouvez vous la procurer auprès de votre représentant.

En résumé : plus on a de changements d’air par minute, meilleure est notre ventilation en période de chaleur.

Bon été à tous !



ÉRIC BLANCHETTE
Conseiller en production avicole
Agri-Marché inc.

<< Retour à la liste
0 commentaire(s)

Personne n'a commenté cette nouvelle.

Laisser un commentaire

(850/850 caractère(s) restant(s))