1 800 463-3410

La reproduction en tout ou en partie des textes et photos de la revue Agri-Nouvelles sur quelque support que ce soit est formellement interdite sans le consentement préalable et écrit de Agri-Marché inc. Ces textes et photos sont soumis au droit d’auteur.

Volailles S. Mathieu : quand l’amour et l’entraide guident l’efficacité

Volaille •

L’entreprise Volailles S. Mathieu, propriété de Sylvie Sansoucy et de sa fille Krystel Mathieu, est située à La Présentation en Montérégie. Depuis bientôt 30 ans, l’entreprise familiale oeuvre dans l’élevage de dindons lourds et légers et de poulets.

En effet, c’est en 1990 que tout a débuté pour Sylvie Sansoucy et son défunt mari, Sylvain Mathieu, qui ont fait l’achat d’une ferme appartenant à la famille Mathieu. L’exploitation comportait à cette époque deux poulaillers. Avec les années, l’entreprise a pris de l’expansion; cinq bâtiments la composent maintenant.

À la suite du décès de son époux en 1999, avec une entreprise à gérer et quatre jeunes filles à la maison, Sylvie s’est retrouvée avec tout un défi sur les bras. Parmi ces dernières, Krystel, âgée de 14 ans à l’époque, était persuadée qu’elle serait avicultrice. À 10 ans, elle suivait déjà son père partout à la ferme. Elle a eu un coup de foudre immédiat pour cet univers. Dès qu’elle a terminé son secondaire, elle s’est mise à y travailler à temps plein.

Ayant grandement besoin d’aide sur la ferme, Sylvie a embauché Martin Nichols en 2000 à titre de gérant de ferme. Une belle complicité s’est développée entre Martin et Krystel, puis ils sont tombés amoureux.

Martin a grandi dans le milieu agricole. Son grand-père paternel détenait une ferme laitière et plusieurs terres agricoles; malheureusement, quelques années après son décès, la ferme et les terres de ce dernier ont été vendues. Du côté de sa mère, plusieurs de ses oncles avaient des porcheries. Adolescent, Martin a travaillé pour divers producteurs pour ensuite suivre un cours de cuisine. Il a oeuvré dans le domaine de la restauration durant sept ans. À la suite d’une blessure au genou, il a dû prendre une pause de plusieurs mois durant lesquels il a vécu une remise en question. Après réflexion, Martin Nichols a décidé de réintégrer le milieu agricole, qu’il appréciait sans contredit.
 

UNE RELÈVE POSSIBLE ET ACTIVE

De l’union de Krystel et Martin sont nés quatre charmants enfants : Derek, May-Ann, Ève et Tommy, susceptibles de prendre un jour la relève de l’élevage. Bien que ce serait une grande fierté pour le couple, Krystel et Martin préfèrent laisser le libre choix à leurs enfants sans exercer de pression sur eux. La bonne nouvelle, c’est que grâce à leurs personnalités très différentes, les enfants seraient à même de couvrir un large spectre de compétences. « Certains ont plus d’intérêt envers les travaux manuels, par exemple », explique l’avicultrice de 35 ans. « À la ferme, les travaux sont très diversifiés, alors chacun serait susceptible d’y trouver son compte. »

Pour l’instant, le couple Nichols-Mathieu est satisfait de la taille de la ferme. Celui-ci a établi une routine et une organisation qui lui permettent d’être présent pour ses enfants et lui donnent la possibilité de suivre ceux-ci dans leurs sports respectifs tout en demeurant équitable. Nul besoin de préciser que jongler avec les travaux de la ferme et l’agenda très chargé des enfants requiert un sens de l’organisation hors pair. « Nous avons des enfants très actifs et nous en sommes fiers ! », affirme joyeusement Krystel. « Notre fils Derek joue au hockey l’hiver et au baseball l’été, alors que May-Ann s’adonne au soccer. Elle a aussi une belle passion pour la couture. Quant à Ève, elle fait de la gymnastique et du hip-hop et pour terminer, Tommy joue au dek hockey. »


Concernant la question d’une éventuelle expansion de la ferme, tout dépendra de l’intérêt de cette relève, mais l’espoir est bien présent. Du haut de ses 6 ans, le petit Tommy, le plus jeune de la famille, semble démontrer une réelle passion pour les animaux et les tracteurs. Pour sa part, l’aîné Derek travaille à la ferme durant la saison estivale; il participe à l’entrée et à la sortie d’oiseaux. Il fait le train chaque matin et soir et vérifie le confort des oiseaux, la ventilation, s’il n’y a pas de bris, que les mangeoires automatiques fonctionnent bien, etc. Il tond le gazon et prend part à de nombreuses autres tâches. Du côté des filles, May-Ann est toujours prête à venir donner un coup de main tandis que pour l’instant, Ève ne démontre pas d’intérêt particulier.
 

UN RÉPIT BIEN MÉRITÉ

Aujourd’hui, grâce à sa relève potentielle et active, Sylvie se retire de plus en plus des décisions de la ferme, commençant même à s’offrir des vacances bien méritées. La gestion des bâtiments de Volailles S. Mathieu est désormais entre les mains de la relève en place. Sylvie reste néanmoins disponible pour offrir ses conseils; il est réconfortant pour la relève de savoir qu’en tout temps, il est possible de bénéficier de son expérience. Sans le courage dont cette femme inspirante a fait preuve dans les moments plus sombres, relevant le défi d’élever quatre enfants seule en plus de gérer la ferme, rien de tout cela ne serait possible aujourd’hui pour Krystel et Martin.

DES ÉQUIPEMENTS DE POINTE

L’année 2011 a été un moment charnière pour le couple, qui a amorcé un projet de modernisation. Un premier poulailler a été démoli, puis un second en 2013. Les poulaillers sont désormais à la fine pointe de la technologie, les cinq bâtiments bénéficiant de contrôles automatisés en ce qui a trait à la ventilation et à l’alimentation. De plus, il est maintenant possible d’obtenir des données en temps réel et à distance, ce qui a permis d’améliorer les performances de l’élevage, de réduire les coûts énergétiques et bien sûr de gagner du temps. À partir de leur téléphone intelligent, Martin et Krystel ont accès aux informations sur l’évolution du troupeau, tant sur le plan de la consommation d’eau et de moulée que sur celui de l’évolution du gain de poids journalier des oiseaux, et plus encore. L’objectif des propriétaires : maximiser la production de volailles de l’exploitation.

Ces jeunes aviculteurs ont su faire preuve d’audace avec leur projet de remplacement d’un bâtiment à la fin de sa vie utile. L’été dernier, en 2019, ils ont construit de main de maître un bâtiment multifonctionnel hors du commun qui leur a permis de gagner en efficacité et d’optimiser la superficie de l’élevage. Ils y produisent différents types d’oiseaux. En moyenne, la ferme S. Mathieu produit à 75 % des dindons et à 25 % des poulets de chair. L’entreprise est en mesure de répondre facilement aux demandes du marché grâce aux multiples bâtiments qu’elle possède. Les gestionnaires travaillent sans relâche afin d’améliorer la qualité, mais aussi le confort et le bien-être de leurs animaux qui sont pour eux une priorité.

La nouvelle bâtisse apporte également aux propriétaires une flexibilité pour la production de leur contingent. Comme la durée de l’élevage et l’équipement nécessaire à la production de poulets et de dindons sont très différents, les éleveurs ont dû jouer d’astuce et d’audace lors de la construction. Le nouveau bâtiment leur permet de produire des lots de poulets ainsi qu’un élevage de dindons légers et de mâles lourds d’environ 18 kilos, et ce, en un seul et même lieu. Bien entendu, cela ne se fait pas sans une planification assidue de la production. La demande est actuellement particulièrement forte du côté du dindon lourd servant à la surtransformation.
 

UNE TÂCHE ARDUE MAIS GRATIFIANTE

Bien que cette viande soit très commune à Pâques, à Noël et à l’Action de grâce, la production provinciale des quatre millions de dindons est répartie tout au long de l’année. Résultat : le travail est constant et les vacances se font rares. La production de dindons est très exigeante, surtout durant les premiers jours de leur vie; durant les huit premières heures, il importe de les chouchouter. Une surveillance rigoureuse doit être réalisée afin de s’assurer que les conditions ambiantes soient optimales. Les petits n’ayant pas un instinct de survie très développé, il leur faut encore plus d’attention au départ que les poussins, par exemple. La ventilation doit être parfaitement ajustée puisque les dindons sont des animaux qui détestent les courants d’air. Les contrôleurs intelligents dont sont dotés tous les poulaillers de la ferme Volailles S. Mathieu sont donc d’une aide précieuse pour cet ajustement. Krystel et Martin sont toujours à l’affût de nouvelles techniques afin d’améliorer le confort et le bien-être de leurs animaux.

Malgré ces tâches éprouvantes, le couple d’aviculteurs confie qu’il ne ferait pas un autre métier pour tout l’or du monde. La livraison des dindonneaux en été ou pendant les vacances de Noël est un moment bien spécial pour la famille Nichols-Mathieu, car c’est l’une des tâches qui peuvent être faites en famille. Les enfants aiment mettre la main à la pâte, ce qui crée de beaux moments qui n’ont pas de prix. Martin et Krystel considèrent très valorisant que les jeunes s’impliquent dans les travaux sur la ferme et ils encouragent avec plaisir leur curiosité.

UNE VIANDE ENCORE MÉCONNUE

Fiers de faire partie des 145 fermes d’élevage de dindons du Québec, Krystel et Martin sont conscients qu’il s’agit encore d’un aliment peu connu. « Le dindon est super nutritif. Il est riche en protéines, en vitamines et en minéraux, en plus d’être faible en gras, en sodium et en cholestérol », explique l’avicultrice. « Il est un atout pour tout régime équilibré. »
 

DES PROJETS À VENIR

Concernant les projets à court et moyen termes, le couple d’éleveurs souhaite compléter entièrement le transfert vers la relève familiale en plus d’exploiter son érablière. Pour l’instant, Martin et son père, Claude Nichols, bûchent pour garder la terre à bois propre. Ils prévoient d’ailleurs amorcer les procédures en vue de bénéficier du Programme d’aide à la mise en valeur des forêts privées du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec. Le plan d’aménagement forestier à élaborer décrira la composition, le potentiel et les options sylvicoles de leur boisé.


JOSIANE ROY
Conseillère en production avicole
Agri-Marché inc.

LUC THIBODEAU
Conseiller en production avicole
Agri-Marché inc.

<< Retour à la liste
2 commentaire(s)
Les Epandages Robert2020-04-03 22:54:20
Félicitations à la relève
Sylvette Courtemanche2020-03-31 09:37:38
C’est un très bel article. Je suis contente de voir la relève familiale de Sylvie et Sylvain qui ont mis en place une base solide.... bonne continuité à Krystel et Martin.
Laisser un commentaire

(850/850 caractère(s) restant(s))