1 800 463-3410

La reproduction en tout ou en partie des textes et photos de la revue Agri-Nouvelles sur quelque support que ce soit est formellement interdite sans le consentement préalable et écrit de Agri-Marché inc. Ces textes et photos sont soumis au droit d’auteur.

Miser sur la santé du sol

Végétal •

Depuis quelques années, la santé des sols est au cœur de bien des discussions. La fertilité des champs se définit autrement que par l’analyse chimique et la fertilisation. La vie du sol est à prendre en considération et découlera de nombreux facteurs tels que les rotations, le travail du sol, les résidus de cultures à décomposer, la compaction ou le manque d’oxygène. Les plantes de couverture sont des alliées de taille dans l’amélioration de la santé du sol. Il est souvent difficile de chiffrer le retour sur investissement des plantes intercalaires et engrais verts, qui par ailleurs peut varier d’une année à l’autre. Mais bien que la biomasse aérienne ait plusieurs bénéfices possibles, il ne faut surtout pas négliger l’importance du travail des racines.

Les familles de plantes les plus souvent privilégiées en cultures intercalaires ou engrais verts sont les légumineuses, les graminées et les brassicacées. S’y retrouvent aussi les autres types comme le sarrasin, le tournesol et la phacélie. Une combinaison d’espèces sera fréquemment privilégiée, mais plus leur nombre est élevé, plus le défi augmente au niveau des profondeurs de semis et des équipements requis.

LÉGUMINEUSES

Chez les plantes fixatrices d’azote, les espèces dont les semences sont de petite taille ont besoin d’une saison de croissance plus longue que leurs congénères plus grosses. Pour bénéficier du potentiel maximal de retour en azote des trèfles vivaces, de la luzerne, du lotier ou de la vesce velue, il faut donc être en mesure de les implanter tôt. Ces légumineuses font de bonnes compagnes en intercalaire de céréales ou de maïs. Les espèces à grosse semence ont une croissance rapide et plusieurs continueront de pousser en climat très frais. On peut penser au pois fourrager ou autrichien, à la vesce commune ou à la fèverole. Le système racinaire des légumineuses est étonnant. Il est imposant et structurant en surface. Il suffit de déterrer quelques plants de vesce commune pour s’en convaincre! La fèverole est aussi particulièrement impressionnante de ce côté. De plus, il est intéressant de noter que ces types de couverts végétaux sont rapidement dégradés au printemps et ne nuisent donc pas au semis.

GRAMINÉES

Les graminées sont très riches en carbone et viendront enrichir le niveau d’humus du sol. Leurs racines sont très souvent denses et profondes, permettant de recycler les éléments nutritifs du sol. Cela fait d’elles un complément racinaire parfait pour les légumineuses. De plus, une graminée mature nécessitera de l’azote pour assurer adéquatement sa décomposition. Les graminées vont pousser tard en saison et valorisent très bien les fertilisations d’automne. Ce sont d’ailleurs des plantes gourmandes en azote. Dans cette catégorie se trouvent l’avoine et le seigle d’automne. L’intercalaire le plus populaire dans le maïs est probablement le ray-grass annuel ou bisannuel. Il est structurant au niveau du sol par ses racines denses et fibreuses et tolère la compétition, mais sa croissance est phénoménale lorsqu’il voit la lumière. Le ray-grass est réputé pour améliorer la portance de la machinerie à l’automne. Dans la catégorie des graminées à envisager pour une saison de croissance plus complète, le millet perlé est à prendre en considération. Bien connu des producteurs de pomme de terre, celui-ci est apprécié pour son effet nématicide et sa biomasse aérienne très développée. Au niveau racinaire, il est aussi intéressant, car on le retrouve sur tout le profil de sol. Par contre, c’est une plante de climat chaud et sa croissance ne se fera pas tard en saison.

BRASSICACÉES

Les moutardes et radis sont les principales brassicacées utilisées comme plantes de couverture. Ce sont d’excellents choix pour valoriser les fumiers. On retrouve sur le marché les moutardes brunes ou orientales et les jaunes, aussi appelées blanches. Elles peuvent rapidement porter à confusion! La moutarde est une option économique, mais elle doit être bien fertilisée pour qu’on puisse bénéficier de sa grande biomasse aérienne. La floraison survient 50 à 60 jours après le semis et il faut alors contrôler la montée en graine pour éviter qu’elle devienne problématique. La moutarde est intéressante pour sa croissance tard en saison. La moutarde brune est utilisée à titre de biofumigant. Il faut l’enfouir pour qu’elle libère les composés toxiques à certains micro organismes. Le radis décompacteur ou tillage radish fait aussi partie des espèces bien connues de plantes de couverture. Issu du radis fourrager, sa sélection a été faite sur la base de son imposante racine. Celle-ci permet d’aérer le sol et non pas de le décompacter comme le suggère son nom. C’est un allié au sous-solage. De plus, il améliore l’infiltration de l’eau de surface au printemps.

Le choix des cultures de couverture à implanter peut sembler difficile à faire étant donné la grande diversité d’espèces disponibles et toutes les combinaisons possibles. Plusieurs questions doivent alors être posées et rappelez-vous que chaque cas est unique. Avec les mélanges d’engrais verts Vitali-T et d’intercalaires InTer, il y en a pour tous les goûts et besoins. Pour s’orienter, il faut tout d’abord statuer sur l’objectif de base. Il est tout aussi pertinent de connaître la durée de croissance dont les végétaux disposeront, les équipements de semis disponibles sur l’entreprise, les moyens de contrôle des plants accessibles, la culture suivante, le budget à y accorder, etc. 

N’hésitez pas à discuter des possibilités et  des aspects sur lesquels vous souhaitez travailler, votre conseiller Agri-Marché saura vous éclairer!


MARIE-ÈVE HÉBERT, T.P.
Conseillère en ventes végétales
Agri-Marché inc.

<< Retour à la liste
0 commentaire(s)

Personne n'a commenté cette nouvelle.

Laisser un commentaire

(850/850 caractère(s) restant(s))