1 800 463-3410

La reproduction en tout ou en partie des textes et photos de la revue Agri-Nouvelles sur quelque support que ce soit est formellement interdite sans le consentement préalable et écrit de Agri-Marché inc. Ces textes et photos sont soumis au droit d’auteur.

Osez les marchés de niche

Végétal •

Depuis bien longtemps, Semican a dans son discours l’importance des rotations de cultures et des marchés à valeur ajoutée. Nous sommes heureux d’offrir aux producteurs agricoles de nombreuses options qui rendront les entreprises désireuses de se démarquer encore plus performantes.

Il y a deux ans, nous avons commencé à introduire une protéagineuse de courte saison dans les rota-tions. Semican offre d’intéressants contrats sur le plan du rachat de pois vert sec. Cette culture devient une très belle opportunité pour les régions de plus courte saison comme l’Abitibi- Témiscamingue, le Saguenay–Lac-Saint-Jean ou le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie. L’intérêt peut aussi y être lorsqu’on souhaite libérer un champ tôt en saison. Cette culture démontre un poten-tiel très intéressant en plus d’avoir une maturité à peine plus tardive que celle de l’orge. Le pois vert sec apprécie les champs bien égouttés avec un bon pH. Il préfère les températures fraîches et peut être semé tôt au printemps. Le pois vert sec se place très bien dans la rotation à la suite d’une céréale ou d’un maïs. De plus, le retour d’azote pour la culture suivante est à prendre en consi-dération. Les rendements oscillent généralement entre 3,5 t/ha et 4,2 t/ha. Nous utilisons la variété Reazer.



Un des marchés phares chez Semican est bien entendu l’orge de brasserie. Ce créneau d’orge requiert un suivi rigoureux et de très bonnes installations d’entreposage. Quant aux exigences liées au terrain, si l’orge animale performe bien, il va de soi que l’orge de brasserie saura se démar-quer. Le moment de la récolte est crucial pour la réussite de la culture. Sur le plan du rendement, les variétés à deux rangs utilisées telles que Bentley ou AAC Connect obtiennent d’excellents résultats et n’ont rien à envier à l’orge animale. Les critères spécifiques à respecter pour le classement sont reliés à la capacité de produire du malt; différents niveaux de germination doivent être validés. De plus, les toxines sont à surveiller tout comme la grosseur du grain et le niveau de protéine qui ne doit pas être trop élevé. La conservation en silo est un des facteurs clés du succès de la production d’orge de brasserie. Par exemple, il est possible de perdre beaucoup en qualité de germination à cause d’une mauvaise ventilation. Ce créneau s’est VÉGÉTAL37aussi développé au cours des dernières années au niveau biologique. Un contrat de rachat est en effet disponible pour l’orge de brasserie biologique. De ce côté, advenant que la récolte ne soit pas acceptée en brasserie, il existe un débouché possible en alimentation humaine.

Un autre marché de niche développé chez Semican est celui de l’avoine nue. Appréciée pour sa simplicité, il peut s’agir d’une avenue intéres-sante à exploiter pour votre entreprise. Très prisée entre autres auprès des chevaux de course, cette avoine fait l’objet d’une excellente demande et est toujours rattachée à un contrat. Elle est simple à cultiver et ses critères de classement ne sont pas difficiles à atteindre. Par contre, l’avoine nue sera plus capricieuse en matière d’égouttement et de pH que l’avoine couverte et le choix du champ doit donc être fait judicieusement. Bien que son rendement puisse parfois être légèrement infé-rieur, le secret de sa réussite réside en une bonne population et une fertilisation adéquate. Sa pro-duction de paille est souvent supérieure à celle de l’avoine couverte conventionnelle. Les pro-ducteurs biologiques peuvent aussi y trouver leur compte puisqu’un contrat leur est acces-sible. L’avoine nue se prête par ailleurs très bien à l’implantation de cultures intercalaires.

Encore cette année, il y aura possibilité de pro-duire du sarrasin pour Semican. Les régions périphériques sont familières avec cette culture et s’arrachent souvent les contrats. La profitabilité est très élevée dans ce secteur. C’est une produc-tion peu capricieuse sur le plan du pH qui requiert peu d’intrants. Le sarrasin s’intègre bien aux rota-tions. Il préfère des terrains bien égouttés et est sensible au gel; on le sème plus tard en saison pour éviter les gels printaniers qui peuvent s’avérer mortels. De la famille des polygonacées, le sar-rasin est peu fragile aux maladies et ravageurs. Il est par contre suggéré de faire attention aux retours de canola ou soya à cause de la Sclerotinia (pourriture à sclérotes). Pour une bonne récolte, la présence d’insectes pollinisateurs est néces-saire sans quoi les rendements peuvent être très variables. Il est donc recommandé d’avoir des ruches aux extrémités des champs. Le sarrasin est d’ailleurs une culture hautement mellifère étant donné sa longue floraison.

Les amateurs de soya ne seront pas en reste cette année avec la possibilité de cultiver des variétés IP, Natto et Tofu avec Agri-Marché via Semican. Des soyas de différents niveaux de maturité seront proposés à nos marchés. Ici non plus, la production biologique ne sera pas négligée; des contrats de rachat seront en effet disponibles.

Pour en discuter un peu et valider quelles productions seraient les plus profitables pour vos fermes, vos conseillers Lactech et Agri-Marché sont là pour vous appuyer !



JUDITH FRANCŒUR, agr.
Directrice de territoire
Semican inc.

KEVEN VEILLEUX
Conseiller en production laitière
Lactech inc

<< Retour à la liste
0 commentaire(s)

Personne n'a commenté cette nouvelle.

Laisser un commentaire

(850/850 caractère(s) restant(s))

Abonnez-vous!
Il existe plus d'une façon de lire votre
Agri-Nouvelles. Et c'est gratuit!