1 800 463-3410

La reproduction en tout ou en partie des textes et photos de la revue Agri-Nouvelles sur quelque support que ce soit est formellement interdite sans le consentement préalable et écrit de Agri-Marché inc. Ces textes et photos sont soumis au droit d’auteur.

Beaucoup d'action aux États-Unis - L'automne dernier!

Divers •

Nous n’avons pas manqué de divertissements l’automne dernier avec tout ce qui est arrivé aux États-Unis ! Faisons un petit récapitulatif des événements marquants.

ATTAQUE EN ARABIE SAOUDITE

Ce qui a attiré l’attention en septembre est bien évidemment l’attaque par drones contre le plus grand complexe de raffinage de pétrole d’Arabie saoudite. Après un bond spectaculaire du prix du baril sur les marchés (Graphique 1) d’environ 14 %, celui-ci a toutefois dégonflé assez rapidement. Au début d’octobre, toutes les opérations avaient déjà repris leur cours normal.


À la suite de cette attaque, notre devise a subi une variation positive dès la première journée, mais comme dans le cas du pétrole, cette hausse a été assez éphémère. Pourquoi les devises canadienne et américaine réagissent-elles si rapidement ? Parce que nos économies sont fortement basées sur les matières premières dont le pétrole, et parce que la devise est une valeur refuge en temps de tensions géopolitiques ou de guerre. Après l’attentat, les Américains ont déployé des forces armées dans la région, ce qui augmentait les tensions et les risques de conflit.

HAUSSE DES MARCHÉS BOURSIERS

Grosse hausse des marchés boursiers au Chicago Board of Trade (CBOT) à la fin septembre en raison du rapport d’inventaire du département de l’Agriculture américain (USDA); le rapport nous informait d’une baisse de stocks tant dans le maïs que dans le soya américains. On parle d’une variation de - 0,314 milliard de boisseaux dans le maïs et de - 0,069 milliard de boisseaux dans le soya (voir Tableau 1). Seulement dans le maïs, c’est dire qu’on parle quand même d’une diminution de 314 millions de boisseaux !




Dans ces graphiques, on peut voir que les prix à terme du maïs et du soya ont augmenté respectivement d’environ 20 et 30 cents sur une période d’une semaine suite à ce rapport. Cette situation a ouvert une fenêtre aux producteurs de maïs et de fève pour vendre à de bien meilleurs prix.

ENSEMENCEMENT AUX ÉTATS-UNIS

Les intentions d’ensemencements des États-Unis pour l’année 2020 ont été dévoilées à la fin du mois de septembre dernier (INTL FCStone) :
  • Maïs : 95,1 millions d’acres, une augmentation de 6 % comparativement à 2019
  • Soya : 84,2 millions d’acres, une augmentation de 10 % comparativement à 2019
  • Blé : 45,4 millions d’acres, une légère baisse comparativement à 2019
Au moment d’écrire ces lignes, nous n’avions toujours pas de données définitives sur les rendements de la récolte américaine pour 2019. Toutefois, une augmentation de 6 à 10 % des superficies semées en maïs et en soya pour l’année 2020 n’est rien pour soutenir des prix haussiers
à Chicago.

PROGRESSION DIFFICILE DES RÉCOLTES 2019

À l’occasion d’un rapport hebdomadaire, le USDA a publié au début de novembre dernier des données sur la progression des récoltes aux États-Unis. On a pu y apprendre que 62 % de la fève de soya était récoltée (69 % en 2018 à pareille date), et que seulement 41 % du maïs l’était (61 % en 2018 à pareille date). Certains États affichaient un retard très important. Le Dakota en général démontrait un grand retard en matière de récoltes, principalement en raison d’une tempête de neige qui a frappé au mois d’octobre. Soulignons que le Dakota du Nord est le quatrième État producteur de soya aux États-Unis. Bref, la récolte 2019 n’aura pas été de tout repos pour les Américains.



DES NOUVELLES DE NOTRE TRUMP

Une édition d’Agri-Nouvelles sans parler de Trump ? Impossible ! Qu’on en parle en bien ou en mal, il faut en parler ! À la mi-septembre, les démocrates entamaient des procédures de destitution contre le président Trump pour « abus de pouvoir ». Il aurait eu des comportements controversés dans le but de nuire à son potentiel rival dans la course présidentielle de 2020, Joe Biden. Trump s’est vite mis à accuser ce dernier d’être « corrompu ». En résumé, le fils de Biden travaillait pour une compagnie gazière ukrainienne à l’époque où son père était vice-président sous Obama. Selon Trump, Joe Biden aurait utilisé son pouvoir pour favoriser les affaires de son fils Hunter. Trump aurait donc fait pression sur le président ukrainien pour enquêter sur ce dernier. Le président américain aurait même gelé des fonds militaires dédiés à l’Ukraine puis les aurait débloqués sans vraiment d’explications à la mi-septembre. Trump sera-t-il relevé de ses fonctions ? À suivre.En ce qui concerne la guerre commerciale avec la Chine, plusieurs rencontres ont eu lieu l’automne dernier. À la fin de novembre, des rumeurs circulaient sur le fait que les deux pays étaient sur le point de conclure une entente sur la phase 1 des négociations commerciales. Toutefois, considérant la procédure de destitution en cours contre Trump ainsi que les importantes manifestations à Hong Kong pour des raisons politiques, l’accord tarde. Aussi, le président américain avait mentionné vouloir supprimer certains tarifs sur les produits chinois. Cependant, il a changé son fusil d’épaule et laissé planer l’idée de seulement réduire les tarifs au lieu de les éliminer, ce que Pékin a refusé. En contrepartie de ces tensions, le mois de septembre a vu s’inscrire les plus importantes exportations de fève de soya en direction de la Chine depuis six mois.

KATHLEEN GAUVIN-AUDET, agr.
Analyste grains et commodités
Agri-Marché inc.

<< Retour à la liste
0 commentaire(s)

Personne n'a commenté cette nouvelle.

Laisser un commentaire

(850/850 caractère(s) restant(s))