1 800 463-3410

La reproduction en tout ou en partie des textes et photos de la revue Agri-Nouvelles sur quelque support que ce soit est formellement interdite sans le consentement préalable et écrit de Agri-Marché inc. Ces textes et photos sont soumis au droit d’auteur.

Les graminées à l'honneur

Végétal •

LA FLÉOLE DES PRÉS

Tout d’abord, précisons que la majorité des mélanges contiennent de la fléole des prés. Certains ont fait le choix de l’éliminer, mais elle demeure une graminée appréciée pour son appétence et sa rusticité. La fléole, aussi appelé mil, est facile à établir et accompagne bien les légumineuses. C’est une plante intéressante quant à ses utilisations possibles puisqu’elle se prête aux différents types de fourrages. De plus en plus, les nouvelles variétés possèdent un regain plus avantageux et elles répondent bien lorsque fertilisées à l’azote. Semican et Agri-Marché sont fiers de vous faire découvrir leur nouveauté, la fléole des prés AAC Sorel. Ce mil a une maturité semi-hâtive et un excellent regain, et il fonctionne donc très bien en régie intensive. On le retrouve dans les mélanges à haute proportion en luzerne.


Brôme inerme


Fétuque élevée

LE BROME

Dans les graminées cultivées en association avec des mélanges de luzerne et fléole, la plus populaire est sans doute le brome. Il est à noter qu’il conserve sa valeur alimentaire malgré une fauche un peu plus tardive. Son principal défaut est sa difficulté d’implantation. Par contre, une fois établi, il est rustique et de longue durée. Ceci étant dit, le brome n’aime pas les pH très acides et les excès d’eau. Il tolère par ailleurs plutôt bien les sécheresses puisqu’il est doté d’un système racinaire profond. Il en existe plusieurs types, mais les plus connus sont le brome inerme et le brome des prés. Ils se distinguent l’un de l’autre de plusieurs façons. Le brome inerme commence sa croissance tôt au printemps et son regain après la fauche se fait à partir de la couronne. Le brome des prés, quant à lui, est plus hâtif, possède un regain plus rapide et est plus feuillu que le brome inerme. De plus, sa reprise commence là où la tige a été coupée. Une nouveauté cette année : le brome des prés AAC Admiral, dont la couleur vert foncé attire l’œil. Il a évidemment été sélectionné pour son potentiel de rendement, mais des critères comme la survie à l’hiver, la croissance rapide au printemps ainsi que la vigueur l’ont fait se démarquer. Le brome des prés AAC Admiral est un des composants de l’Agri-Brome.


Dactyle

LE DACTYLE

Le dactyle possède un système racinaire très profond et développé. Cet atout lui confère un avantage certain pour passer à travers les sécheresses. C’est aussi la championne des graminées au niveau des rendements et du regain. Par contre, sur le plan de la qualité fourragère, le dactyle s’avère difficile à gérer puisqu’il perd très rapidement sa valeur alimentaire avec la maturité et est très hâtif. Sa persistance dans le temps est inférieure à celle du brome ou de la fléole des prés. De plus, le dactyle prélève beaucoup de potassium du sol; il faut en tenir compte dans les fourrages servant à alimenter les vaches taries. Nous introduisons cette année la variété Trailburst. Elle est tardive et se prête bien aux pâturages ou à la majorité des sortes de fourrages. Ses feuilles sont larges et sa hauteur est vraiment très grande.

LE FESTULOLIUM

Encore méconnu, le festulolium est disponible sur le marché depuis quelques années déjà. Cette plante est issue d’un croisement entre le ray-grass et la fétuque. Elle est très intéressante car son établissement est agressif et son regain exceptionnel, et elle s’adapte très bien au stress en régie de coupe intensive. En matière d’appétence et de digestibilité, le festulolium est une graminée de grande qualité. Il ne faut pas s’étonner de la voir épier; elle se consommera quand même adéquatement. Offerte chez Agri-Marché, la variété Fojtan est de type fétuque et offre une excellente survie à l’hiver.


Fléole des prés

LA FÉTUQUE

La fétuque n’a pas toujours eu bonne réputation. Réputée pour son manque d’appétence et sa tendance à envahir les champs, ses nouveaux cultivars gagnent pourtant à être connus. Tout d’abord, il faut savoir qu’il existe deux espèces de fétuque. La fétuque élevée a de forts rendements, une très grande résistance à la sécheresse, un regain exemplaire en régie intensive et une croissance jusqu’à tard à l’automne. Elle est bien adaptée pour le pâturage puisqu’elle supporte bien le piétinement. Elle présente aussi l’avantage d’être très peu capricieuse à propos de l’égouttement et du pH du sol. Par contre, elle doit être fauchée au bon moment pour conserver son appétence. Une variété tardive et à feuillage souple devrait être envisagée, comme la fétuque élevée Barolex. Les feuilles ne sont pas acérées contrairement à celles des anciennes variétés. La fétuque des prés est elle aussi peu difficile concernant les caractéristiques du sol. Côté alimentation, elle améliore la digestibilité des fourrages. Elle possède des tiges fines et les plants sont très feuillus. La fétuque des prés n’apportera donc pas de fibre efficace pour faire ruminer une vache, mais contribuera à augmenter le volume de rendement au champ.


Ray-grass

LE RAY-GRASS

C’est une grande famille que celle du ray-grass et il peut être difficile de s’y retrouver. Annuel, bisannuel ou vivace, italien ou Westerwold ? Le ray-grass annuel Westerwold sera employé comme plante-abri. Agressif à l’implantation, son établissement est rapide et facile. Par contre, il est plus timide en période de sécheresse. Il n’est pas étonnant de voir certains plants survivre à l’hiver malgré qu’il soit classé annuel. Les ray-grass italiens sont bisannuels. Ceux-ci n’épient pas la première année. Il est généralement suggéré d’utiliser ces types de ray-grass pour les cultures de couverture. Ils comportent d’ailleurs un système racinaire impressionnant et aident à structurer le sol. Pour ce qui est du ray-grass vivace, il présente un équilibre entre rendement en fibre digestible, appétence et consommation volontaire de matière sèche. Malgré que celle-ci soit qualifiée de vivace, la survie dans le temps de cette graminée est sa faiblesse. Très feuillu et comportant de fines tiges, le ray-grass Tetraplus est une option à essayer.

Le choix de l’espèce à implanter doit ainsi être guidé par une combinaison de facteurs. L’équipement disponible à la ferme, les caractéristiques du champ de même que les critères désirés dans les fourrages permettront de sélectionner les meilleures plantes pour vos entreprises.



MARIANNE LANDRY, agr.
Conseillère en production laitière
Lactech inc.


JUDITH FRANCŒUR, agr.
Directrice de territoire
Semican inc.

<< Retour à la liste
0 commentaire(s)

Personne n'a commenté cette nouvelle.

Laisser un commentaire

(850/850 caractère(s) restant(s))

Abonnez-vous!
Il existe plus d'une façon de lire votre
Agri-Nouvelles. Et c'est gratuit!