1 800 463-3410

La reproduction en tout ou en partie des textes et photos de la revue Agri-Nouvelles sur quelque support que ce soit est formellement interdite sans le consentement préalable et écrit de Agri-Marché inc. Ces textes et photos sont soumis au droit d’auteur.

Nous sommes passés au travers encore une fois!

Divers •

Bien qu’elle ait été tout en longueur, la récolte 2018 au Québec aura été excellente dans la majorité des régions. Malgré un été très sec laissant planer des doutes sur les résultats des cultures (principalement dans le maïs), le poids et le rendement ont finalement été au rendez-vous.

Du côté de notre centre de grains, encore beaucoup de trafic dans la cour de Saint-Isidore  l’automne dernier! Le temps maussade a fait en sorte que les récoltes se sont toutes chevauchées. Ne pouvant pas aller récolter la fève en raison  de la température, les producteurs ont dû se séparer entre leurs champs de soya et de maïs afin de ne pas trop perdre de temps. Heureusement, nous avons pu constater encore en 2018 les avantages de nos nouvelles installations. Pendant que d’autres étaient contraints de ne réceptionner  que de la fève, Agri-Marché a pu accommoder à la fois ses producteurs de soya et de maïs. Pas de temps à perdre; il faut être efficace!

Récapitulatif des récoltes

Tout d’abord, en ce qui a trait aux petits grains, on peut dire que nous avons eu de très bonnes récoltes en blé, orge et avoine. Voici quelques résultats forts intéressants compilés en collaboration avec notre laboratoire concernant les céréales à pailles réceptionnées à notre centre de grains de Saint-Isidore. Nous pouvons comparer les résultats de 2017 et 2018. Comme on peut le constater, le blé et l’orge comportaient très peu de toxines en 2018. Les canicules de l’été et le peu de pluie en juillet, août et septembre y sont assurément  pour quelque chose. De plus, du côté du blé destiné à la consommation humaine, nous avons obtenu une bonne  protéine ainsi qu’un bon indice de chute. Rappelons-nous  les standards pour le blé panifiable :
 
  • Minimum de 12,5 % de protéine
  • Minimum de 275 d’indice de chute
  • Vomitoxines < 2 000 ppb (ou 2 ppm) 
En ce qui concerne la fève et le maïs, la récolte 2018 a  permis aux producteurs d’aller chercher un rendement supérieur à celui de l’année dernière. Selon quelques échos, certains producteurs auraient atteint un rendement de  2 tm/acre dans la fève, ce qui est excellent. À l’opposé, nos voisins ontariens ont connu une récolte plus difficile  puisque les précipitations tardives ont empêché les  producteurs de commencer la récolte. L’augmentation du niveau d’humidité s’est traduite pour le maïs par l’apparition de moisissures sur l’épi, ouvrant ainsi la porte à nos  très chères toxines...

Localement, la récolte de la fève a été très satisfaisante malgré une humidité bien plus élevée qu’à l’habitude. La moyenne d’humidité du soya réceptionné dans notre centre de grains de Saint-Isidore a été de 15,2 % en 2018, comparativement à 12,9 % pour 2017. En ce qui concerne le maïs, la situation a été un peu différente. En effet, l’humidité restant plus en surface du grain, les résultats ont été excellents et ont oscillé autour de 23,8 % d’humidité avec un poids  spécifique moyen de 68,6 kg/hl. À titre de comparaison,  nous avions en 2017 une moyenne d’humidité de 25 % et  un poids spécifique de 66,5 kg/hl.
 
Du côté de la toxine, le maïs local a bien fait avec des valeurs inférieures à 1 ppm. Toutefois, dans certaines régions du Québec, un peu plus de vomitoxines sont observées; au moment d’écrire ces lignes, la récolte de maïs n’est pas  terminée, mais cela pourrait occasionner des problèmes quant à l’utilisation de ce maïs dans les moulées. Par  ailleurs, la forte teneur en toxines dans le maïs de l’Ontario mentionnée plus tôt limite l’approvisionnement dans cette province. Déjà, on peut observer une augmentation  des bases d’achat de maïs américain.

À titre informatif, notre laboratoire procède à ce qu’on appelle des évaluations de récoltes à chaque année. Les techniciens prennent des échantillons de maïs selon un programme d’analyse précis, et ce, en fonction des différentes régions du Québec. Il est certain que le nombre d’échantillons est pour l’instant peu représentatif pour certaines régions, mais les données sont tout de même intéressantes.

Acheteurs de maïs

Les opportunités pour les acheteurs de maïs récolte ont été plus rares l’an dernier. Le temps pluvieux qui a persisté au mois d’octobre a permis aux producteurs de maïs de récolter, sécher et entreposer leurs grains sans que leurs installations ne débordent. En d’autres mots, le sentiment d’urgence visant à « absolument sortir du maïs » ne s’est pas fait sentir. Le rendement très satisfaisant, créant quelques surplus, a tout de même permis quelques fenêtres d’achat à prix avantageux pour les utilisateurs. Nous avons pu observer un écart moyen d’environ 10 $/tm sur le prix du maïs transigé entre les récoltes de 2017 et 2018. Les producteurs acheteurs qui espéraient avoir des prix au même niveau que ceux de 2017 ont pour la plupart manqué le bateau en attendant avant de faire leur achat. En revanche, le poids spécifique du grain a atteint de meilleurs résultats en 2018

Consommateurs de tourteau de soya

Depuis quelques années, nous avons pu constater qu’il est intéressant de regarder les contrats de tourteau de soya durant le mois de septembre. Une fenêtre y a encore été remarquée en 2018 et a permis à nos producteurs de se garantir un prix livré sous la barre des 500 $/tm pour toute l’année. Stratégiquement, il serait important de mettre cette petite note à votre calendrier. Ce n’est pas une science exacte, mais mieux vaut ne pas attendre le rapport de l’Action de grâce pour faire vos emplettes; il n’est généralement pas favorable aux baisses de prix et est souvent teinté par quelques  mauvaises nouvelles influençant les marchés boursiers.

Dans le monde

Le prix de la fève de soya a pris une tendance baissière dès le printemps 2018. Les exportations ne sont pas au rendez-vous depuis plusieurs semaines et les stocks sont accrochés au plafond. Bien que le président américain tente de nous faire croire à de présumées ententes avec la Chine, au moment d’écrire ces lignes, le USDA devrait continuer de baisser les exportations et les stocks n’auront d’autre choix que de continuer de s’empiler*.

On observe moins de mouvement dans les marchés du maïs. Bien que les exportations aient bien commencé, leur baisse rapide pourrait vite venir changer le portrait.*

*Source : R.J. O’Brien, Weekly Export Sales Recap.

Nos voisins américains – ALÉNA 2.0

Après que le Canada ait traîné de la patte tout le mois de septembre dernier, c’est à 30 minutes de la date butoir fixée par les États-Unis qu’une entente a été conclue entre les trois pays concernés... L’ALÉNA n’est plus; on parle plutôt  de l’AÉUMC (Accord États-Unis-Mexique-Canada). Une bonne claque à la figure des producteurs laitiers, qui ont  vu une part de leur marché de l’ordre de 3,59 % être cédée aux Américains.

On a d’ailleurs pu observer un impact sur notre taux de change à l’annonce de l’Accord. Au début du mois d’octobre, le dollar avait atteint son plus haut niveau depuis les quatre mois précédents. Toutefois, avec les annonces de l’inflation canadienne en recul de 0,4 % et de l’augmentation du taux directeur canadien le 24 octobre (porté à 1,75 %), le taux de change est revenu autour de 0,76 $.

Conflit avec la Chine

En ce moment, aucune entente n’a encore été conclue  entre la Chine et les États-Unis. Le 30 novembre dernier,  le président Trump a rencontré le président chinois en vue d’en venir à un accord mais rien n’y a été officialisé.  Les USA ont déjà parlé d’appliquer des tarifs sur des biens chinois pour une valeur de plus de 200 milliards de dollars. Cette guerre commerciale sans fin n’est pas sans conséquences pour les producteurs, notamment ceux de porcs et de fève de soya. Les producteurs de cette graine oléagineuse doivent élaborer d’autres plans pour pouvoir écouler leurs stocks sur les marchés étrangers. Pour le moment, les principaux importateurs de soya américain sont le Mexique, l’Égypte, la Thaïlande, l’Espagne et l’Iran. À l’heure actuelle, rien d’établi dans le carnet de commande de la Chine.

Le 6 novembre dernier avaient par ailleurs lieu les élections de mi-mandat aux États-Unis. Les démocrates ont remporté la Chambre des représentants, mais les républicains ont conservé le Sénat. Fidèle à lui-même, Trump s’est empressé de célébrer sa victoire, sans trop faire mention de ses pertes à la Chambre. S’agira-t-il d’un coup de grâce pour le président? Deviendra-t-il plus coopératif avec la Chine pour enfin régler leur conflit? On le découvrira assez rapidement…

Petit truc pratique

On le sait : le temps, c’est de l’argent! Afin de faciliter vos journées souvent trop chargées, le secteur des grains a mis à votre disposition une adresse courriel qui peut être utilisée pour les commandes de grains en vrac et les demandes  d’information rapide : [email protected]. N’hésitez pas à l’essayer! 
 
Pour les commandes en vrac, il sera important de préciser les points suivants :
 
  • Le produit et le nombre de tonnes
  • La journée de livraison
  • Le délai, s’il y a lieu (ex. : si la livraison peut avoir lieu avant la date souhaitée)
  • Le numéro de silo


Geneviève Gonthier, T.P.
Négociante en grains
Agri-Marché inc.

Kathleen Gauvin-Audet, agr.
Analyste – grains et commodités
Agri-Marché inc.

<< Retour à la liste
0 commentaire(s)

Personne n'a commenté cette nouvelle.

Laisser un commentaire

(850/850 caractère(s) restant(s))

Abonnez-vous!
Il existe plus d'une façon de lire votre
Agri-Nouvelles. Et c'est gratuit!